les oreilles grandes ouvertes

Posts Tagged ‘percussions’

Superpoze

In Albums, Coups de coeur on 30/09/2012 at 11:32

Un savant fou de 20 ans

superpoze by mathieu lion

On reste dans la musique (plutôt) tranquille avec Superpoze, un jeune prodige français originaire de Caen, entendu sur Sourdoreille (lire aussi l’interview). A 20 ans à peine, il semble déjà avoir tout compris! On est littéralement scotché par la dextérité fantastique avec laquelle il combine sons organiques et synthétiques pour arriver à ce mélange sans fioritures, aussi rétro que moderne, qui surfe entre jazz, hip hop, trip hop, ou inspirations orientales. Et si ses morceaux sont souvent instrumentaux ou avec très peu de paroles, c’est à peine si on s’en rend compte à l’écoute : denses, variés et rythmés, ils nous apaisent sans jamais lasser.

Lire la suite »

Woodkid

In Albums, Groupes favoris on 09/07/2012 at 11:12

Vive le Roi

woodkid by karim sadli iron

Oui, Yoann Lemoine, alias Woodkid, près d’un an après son apparition sur la scène musicale française… Parce que comme pour Mumford & Sons, il n’est jamais trop tard pour écouter! Parce que le son, l’image, la voix, tout est sublime. Un travail d’orfèvre, minutieux et délicat. Le chant nous accroche, les percussions nous entraînent, les cuivres nous enchaînent.

Sur l’EP sorti l’année dernière,« Iron » est suivie de 3 morceaux plus modestes, où les percussions sont remplacées par piano et violons. Parmi eux, « Brooklyn », ode d’une belle sincérité au quartier branché new-yorkais croisée avec une histoire d’amour ; la mélancolie absolue, hors du temps, qui va remuer si loin en vous que c’est un sourire qui finit par se dessiner sur vos lèvres.

Woodkid a dévoilé en mai dernier le clip du premier extrait de son album intitulé The Golden Age prévu pour cet automne, « Run Boy Run ». Un nouveau tour de force visuel et musical, qui reprend des éléments du clip de « Iron » en les étoffant encore: d’étranges créatures moussues s’extraient cette fois de terre pour rejoindre l’enfant dans sa course au ralenti.

Graphiste, réalisateur, musicien, chanteur… Vive le Roi.

Clip  de « Run Boy Run », grandiose

Clip de « Iron » et ses 14 millions de vues

Woodkid Iron EPx

Iron EP

1. Iron
2. Brooklyn
3. Baltimore’s Fireflies
4. Wasteland
5. Iron (Remix by Mystery Jets)
6. Iron (Remix by Gucci Vump)

Similarités avec: These New Puritans, Alt-J, M83, Aaron

facebook – deezer

Bailiff

In Albums, Coups de coeur on 24/04/2012 at 21:35

Dans les profondeurs de Chicago

Bailiff, c’est comme une plongée dans un Chicago où se mêleraient encore usines fumantes du siècle passé et gratte-ciels rutilants, symboles d’un tout nouveau capitalisme. Ce serait le Chicago souterrain, nocturne, sombre. Le Chicago des caves aux murs un peu sales, recouverts d’affiches, qui foisonnent et résonnent de musiques en tous genres…

Josh Siegel, Ren Mathew et Owen O’Malley font ce que j’appellerais du rock intelligent (et je ne dis pas ça parce qu’ils jouent aux échecs sur la photo). Grosses guitares, gros clavier, basse bien grasse… c’est du gros son, c’est sûr, mais écrit et enregistré avec subtilité. Et même si le groupe s’est formé récemment, il y a une impressionnante maturité dans leurs compositions et leur jeu. On est bien loin du pop/rock adolescent que certains s’acharnent encore à faire aujourd’hui! Seul petits bémols, le chant  un peu trop classique (moins d’effets ne ferait pas de mal), et peut-être quelques longueurs sur certains morceaux.

Leur premier album, sorti en juin 2011, s’intitule Red Balloon. Il est noir, poignant. J’aime particulièrement: la piste d’ouverture « Cricket » et ses choeurs inquiétants, sa guitare qui pleure comme un violon et ses percussions sourdes, « Everyday Fire », à contretemps, « Eventually », balancée et entêtante, « Curtains », au rythme soul/hip hop et aux guitares qu’on jurerait entendre chanter, « Red Ballon », pause à deux voix avec un refrain tout à fait pop (j’aurais bien vu une voix féminine pour donner encore plus de relief). A écouter en intégralité sur le player ci-dessous.

Similarités avec: Hooray for Earth, These New Puritans, Empires, New York Rivals, Broken Bells


« Emptied Out » en session HearYa Live

facebooksite officiel

We Have Band

In Albums, Groupes favoris, News on 21/01/2012 at 22:37

Electrique

Avec Weather, que je vois comme une promenade tranquille un jour de pluie, Meshell nous invitait à prendre le temps. We Have Band est un trio londonien qui propose tout à fait le contraire : leur son fuse, électrique, et on est happé dans le cercle infernal.

Il y avait déjà d’excellents morceaux sur leur premier album, sorti en 2010 : « Honeytrap », « Love What You Doing? », « Centrefolds and Empty Screens »… ou encore la géniale « Divisive », dont le clip produit par SoLab est drôle et original. A (re)découvrir sur youtube.

Deux ans plus tard seulement, le groupe revient avec un nouvel album, intitulé Ternion (qui sortira le 30 janvier chez naïve). On retrouve toujours beaucoup de sons électroniques, mais le squelette du disque, ce sont toutes ces percussions quasi tribales, qui maintiennent un climat de transe sombre et énergique. Le contraste entre cette rythmique ultra précise et les sons qui emplissent l’espace, doucement, comme du caramel mou, est parfait. C’est en ce sens que Ternion apparaît plus « grand » que son prédécesseur. Plus varié, aussi. On va d’une atmosphère à une autre, puis on y revient, pour en repartir ensuite… C’est un peu comme si on poursuivait un hyperactif ! Les rythmes sont parfois lents, mais on sent en permanence une sorte de tension, similaire à une piqûre de rappel, une petite voix qui dirait « allez, vite, vite, on passe au suivant ».

Voici par ordre de préférence, les morceaux que je trouve les plus efficaces sur cet excellent album: « Tired Of Running » (à écouter sur le sampler des Inrocks de Janvier), « Where Are Your People? », « After All », « Shift », « Rivers of Blood ».

Leur showcase acoustique chez agnès b. le 13 décembre dernier a été un succès : enthousiastes et débordant d’énergie, Dede, Tom, Darren et Marc (le batteur additionnel) tapaient sur tout ce qu’ils trouvaient… J’attends avec impatience leur concert de demain pour la soirée Plugged !

Téléchargez gratuitement 3 morceaux ici : « Watertight » (extrait de Ternion), une version acoustique de « What’s Mine, What’s Yours » (extrait de la version Deluxe de l’album disponible sur iTunes, vidéo ci-dessous), et une version revisitée de « Where Are Your People? » (qu’on retrouve sur la version Deluxe d’iTunes, ainsi que sur Ternion Aside, deuxième CD de la version physique Deluxe de l’album)

« Where Are Your People? », premier single de Ternion

http://soundcloud.com/wehaveband/where-are-your-people

Clip de « Divisive » (extrait de leur premier album WHB)

Vidéo acoustique de « What’s Mine, What’s Yours », lente et posée

Ternion (naïve)

1. Shift
2. After All
3. Where Are Your People?
4. Visionary
5. What’s Mine What’s Yours
6. Steel in the Groove
7. Tired Of Running
8. Watertight
9. Rivers Of Blood
10. Pressure On

facebooksite officielTernion en précommande sur amazon

These New Puritans

In Concerts, Coups de coeur, News on 16/01/2011 at 21:39

Electronique et électrisant.

Ce n’est qu’en novembre dernier, en cherchant un concert pour remplacer celui des Scissor Sisters au Razzmatazz (Barcelona) – annulé pour cause de « problèmes d’argent » -, que j’ai découvert ces Britanniques dont les bouilles de gamin reflètent mal la noirceur musicale. Ils avaient alors déjà acquis une certaine renommée, notamment grâce à leur partenariat avec Levi’s. Leur dernier album Hidden a même depuis été choisi « Album de l’Année » par le célèbre magazine NME.

Leur musique, particulièrement bien enregistrée, est tout simplement envoûtante. Il y a quelque chose dans ces percussions qui résonnent et ces guitares acérées qui vous tient en haleine, quelque chose dans ces sons électroniques ronds et poisseux qui vous empêche de vous échapper.

Leur concert du 12/11 au City Hall (Barcelona), à l’occasion des Levi’s Unfamous Music Awards, a été une  expérience très intéressante, à défaut d’être inoubliable. J’avoue que j’ai pris peur en voyant des chaines qui pendaient près de la batterie, finalement ils ne s’en sont servis que comme instrument de musique… Mais il n’empêche que ces gars-là sont vraiment en dehors du monde. C’est un peu comme s’ils étaient possédés. Ce qui fait qu’en live, ils arrivent bien à emmener une partie du public avec eux, mais par manque de rythme et trop de psychédélisme, ils en laissent malheureusement une autre partie sur la touche. Exception faite de la folie contagieuse déclenchée par « We Want War », inimitable.

Remarque à part, le saxophoniste et le baryton étaient littéralement ailleurs puisqu’ils avaient dû boire et fumer un peu trop avant de monter sur scène. Je sais qu’ils trouvent qu’ils jouent mieux en absorbant quelques substances plus ou moins licites, et qu’ils y prennent plus de plaisir, mais  croyez-moi, en tant que spectateur, face à quelq’un qui cligne mécaniquement de l’oeil droit toutes les 5 secondes, on se sent un peu mal à l’aise…

Quant aux clips, ils sont sombres, lents, un peu dérangeants. Je vous laisse découvrir par vous-mêmes ceux de « We Want War » et « Attack Music », deux des chansons les plus réussies de l’album à mon avis, aux entêtantes consonnances orientales.

Clip de « We Want War »

Clip de « Attack Music »

Hidden est disponible sur amazon ici,  leur album sorti en 2008 Beat Pyramid ici.

site officiel

Street Drum Corps

In Coups de coeur, News on 19/04/2010 at 22:04

C’mon, you street gangsta

Prenez des percussions. De toute sorte. Ajoutez-y parfois une grosse guitare, des voix. Saupoudrez de sons electro. Vous obtiendrez cet ovni musical qui nous vient de Los Angeles. A l’inverse de tous ces jeunes hommes qui s’escriment à ressembler à des midinettes, le trio assume pleinement son côté masculin ; puissance et virilité se dégagent de leurs chansons très « street gang ». On se croirait encerclé par une vingtaine de gangsters vêtus de noirs, qui tournent autour de nous en jouant et en ricanant. Mais en même temps il y a quelque chose qui fait que, comme dans les films, on se sent prêt à relever le défi et gagner cette battle de hip-hop qu’ils nous poussent à accepter.

J’avais été littéralement scotchée par l’extrait de « Knock Me Out » sur leur page myspace. Quelle ne fut pas ma déception en me rendant compte que la plupart des sites d’écoute sur le net semblent vides de toute autre chanson qu’ils auraient faites. Par chance, leur CD vient de sortir sur iTunes, et nous avons donc désormais droit aux 30 secondes réglementaires (mais très frustrantes) pour chaque morceau. Prometteuses.

Ici vous pouvez aussi profiter d’un remix de « Wrecks ».

Souvent complété par des membres d’autres formations au gré des concerts, ils ont fait la première partie de 30 Seconds To Mars (groupe de l’acteur Jared Leto) sur leur dernière tournée européenne. Très gros succès auprès des fans… Et on les comprend, car à en juger par les vidéos qui traînent sur youtube, ces gars-là ont l’air tout simplement époustouflants en live : déguisés, maquillés, ils tapent sur leurs instruments avec la rage de gagner. Ames sensibles s’abstenir…

Electronic Press Kit (EPK) 2009