les oreilles grandes ouvertes

Posts Tagged ‘folk’

Boy & Bear

In Coups de coeur, News on 22/12/2011 at 18:35

Sauvage, puis sage

Ils sont originaires de Sydney, et pourtant leur musique est tout le contraire : plus colline que building, plus tranquille que survolté. C’est frais, naturel ; le son indie par définition, comme Apple Horse. Pas étonnant qu’ils aient fait la première partie des Mumford and Sons dans leur pays… et qu’ils aient raflés 5 ARIAs cette année (sur les 7 pour lesquels ils étaient nominés : Gotye leur a subtilisé les 2 autres!).

Leur premier EP With Emperor Antarctica est sorti en 2010, et leur premier album Moonfire en août 2011 chez Universal. Le seul reproche que j’aurais à leur faire concerne d’ailleurs ce nouvel album : la production, trop propre à mon goût, enlève beaucoup de cette fragilité qui faisait le charme de leur premier disque. Bien sûr c’est toujours aussi beau, mais plus froid, inaccessible. La surenchère d’effets sur la voix sur « Beach » rend même ce morceau difficilement écoutable. Ce n’est pas un hasard si cette nouvelle couleur sonore fait penser à celle qu’ont aussi pris les Young The Giant sur leur premier album : c’est Joe Chicarelli qui a produit et enregistré les deux groupes! Dommage, car ils mériteraient vraiment d’être différenciés. Espérons qu’ils ne feront pas l’erreur deux fois…

En attendant, régalez-vous en écoutant leur premier EP sur grooveshark (mes favorites : « Rabbit Song », « The Storm »)

Et pour le nouvel album, c’est sur deezer (mes favorites : « My Only One » et « House & Farm »).

Joyeux Noël!

Similarités avec : The National, Mumford and Sons

Joli clip de « Rabbit Song », filmé avec justesse et tendresse

« Milk and Sticks » (extrait de Moonfire)

facebooksite officiel

Publicités

M. Jack Bee

In Coups de coeur, News on 01/11/2011 at 22:02

Au pays des surfeurs, on rêve

C’est le son que j’ai cherché toute la journée, alors que dehors la pluie tombait. Un timbre de voix irrésistible, entre puissance et fragilité. D’apparence simple (guitare/voix), ce que propose l’Australien M Jack Bee mérite vraiment qu’on s’y intéresse de plus près : on sent que cette voix, qui semble prête à tous les exercices, peut tout à fait lui permettre de choisir de s’engager sur une voie musicale plus risquée, et de s’extirper ainsi de la masse des chanteurs à chapeau et chant mélancolique.

On voit d’ailleurs déjà la différence entre « Sound of Love » et « She Said », enregistrées en live avec un groupe, et les chansons de son précédent EP In Loops ; même si je trouve que sa voix collerait mieux à une ambiance plus électronique, et moins rock indie. Avec sa batterie tranquille, son piano et ses choeurs, « Sound Of Love » est pour moi la meilleure et la plus originale de toutes (mention spéciale au sifflement de début qui sonne agréablement faux!). Je verrai bien un clip en noir et blanc, avec de la neige. Vous pouvez la télécharger gratuitement sur le site de triple j.

A écouter sur sa page facebook : « Sound Of Love », « Farewell », « Photograph »

« Sound Of Love »

Similarités avec : Damien Rice, Mumford and Sons, Passenger, The White Buffalo, Joe Purdy, Jason Mraz

Blame Ringo!

In Albums, Concerts, Coups de coeur on 24/08/2011 at 14:13

Un Beatles pointilleux?

Un vendredi soir à la Brisbane Powerhouse. Il fait déjà nuit, peu de gens se sont déplaçés. Mais il en faudrait beaucoup plus pour décourager le groupe en résidence pour le mois de juin! Ce sont les Blame Ringo! et leur toute nouvelle formation (qu’ils appellent modestement « le groupe de rêve »): Pete Kilroy, Ross Pearson, Jessiah Cocks et Jack Parkes. Les Australiens jouent des morceaux qui leur ressemblent, simples et profonds à la fois ; sans fioriture inutile. Du pop/rock/folk tranquille, à la manière des New-Yorkais de The Canon Logic. Ils ont l’humour léger, le sourire franc… Terriblement attachants. La dernière chanson est une révélation: ce groupe est taillé pour la réussite.

Et le concert n’a pas manqué d’action. La meilleure: le photographe à la barbe hirsute (qui passait son temps à prendre des plans étonnamment rapprochés des musiciens) s’empare tout d’un coup du micro et se met à rapper, en dévoilant un t-shirt à son effigie sous sa veste! Une intervention sans aucun doute planifiée, mais qui n’en est pas moins agréablement surprenante. Il s’agit en réalité de Danaj The Unstoppable.

Leur EP Too Strange For Avery oscille entre inspirations Beatles, Crosby and Co. ou encore Kooks. A écouter sur leur page bandcamp: « One-Way Driver », « Midnight To Twilight », « The Girl Who Likes Me »

Enfin, si vous voulez en savoir plus sur l’histoire qui entoure le choix de cet étrange nom, à savoir « C’est la faute de Ringo Starr », allez faire un tour sur leur site officiel… Un site web tout en largeur, plein de textes, photos et théories délirantes. On y apprend que le célèbre Beatles aurait menacé le groupe, qui s’appellait alors Goodbye Vienna, de les attaquer en justice pour une affaire de copyright (c’est aussi le titre de son 4ème album).

« One-Way Driver »

Vidéo qui a fait un peu de buzz même en France en 2009: Un jour à Abbey Road, pour leur morceau « Garble Arch » sur leur premier album

Clip (hilarant) de « In A Hurricane »

Vidéo commerciale pour Dreamworld. Bien sûr, l’originalité n’est pas vraiment au rendez-vous, et ce n’est apparemment qu’un remake, mais peu importe: c’est une des chansons les plus joyeuses que j’ai jamais entendue, et je vous mets au défi de ne pas sourire en l’écoutant.

facebook

Mumford and Sons

In Coups de coeur, News on 30/05/2011 at 15:28

Ils manient le lasso et la plume

C’est étrange, ce moment où on décide qu’un nom est apparu trop souvent devant nos yeux pour pouvoir continuer à l’ignorer. Ce moment où on s’oblige à écouter quelque chose dont tout le monde parle déjà. Avec des millions de fans sur Facebook.

Pour Mumford and Sons, la goutte d’eau a été de tomber par hasard sur leur profil purevolume. Clic, me voilà sur leur page. Clic, je choisis une chanson au hasard, les oreilles en alerte, mais le coeur à peine entrouvert, comme si je voulais m’interdire d’apprécier ce que j’entendrais. Un peu comme on goûte  avec prudence un repas tiède qu’on a laissé dans un coin.

Mais dès que les premières notes de « After The Storm » ont retenti, j’ai tout oublié. Les millions de fans, les blogueurs, les concerts auxquels que je n’ai pas assisté… Plus rien n’existait. Il n’y avait plus qu’eux, et moi. Et puis les larmes ont roulé sur mes joues.

Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne jouent que des morceaux tristes. Mumford and Sons, c’est aussi joyeux! C’est un mélange de l’énergie country et de la mélancolie folk. La rencontre de l’Amérique des cow-boys et de l’Angleterre des poètes. Le groupe d’une voix terrible, poignante.

Alors oui, parfois, quand on est blogueur musique, on met de côté sa fierté et on suit le mouvement. Et on le fait avec le sourire. Parce qu’au final, rien n’égale l’émotion musicale.

Leur dernier album, Sigh No More, est disponible sur amazon.

Similarités avec: Joe Purdy, Damien Rice

A écouter: « I Gave You All », « White Blank Page », « Winter Winds »

Version acoustique en librairie de « White Blank Page »

Le très beau clip de « Winter Winds », aux accents irlandais

« After The Storm » (merci à MoodyD)

Version live de « After The Storm » filmée par SeeGigFilmGigPost

The Snake The Cross The Crown

In Coups de coeur, News on 30/03/2011 at 12:55

Tout le monde a ses chaussures de marche?

The Snake The Cross The Crown – Coming Down The Hill

Ces Californiens au nom énigmatique (un serpent, une croix, une couronne… j’aurais sérieusement besoin d’une explication!) s’étaient perdus au fonds de mon iPod. Aujourd’hui je réécoute en boucle les 6 morceaux que j’ai, qui sont en téléchargement gratuit sur leur page purevolume depuis un bon bout de temps. J’aime leur pop/folk sensible, pas parfaite et lisse mais plutôt brute et rugueuse. Avec pourtant une voix comme liquide, qui coule par dessus les instruments, lentement et joyeusement, tel un ruisseau de montagne. Pour ce qui est des membres eux-mêmes, nous avons trois barbus et un style décontracté, honnête.  Je les imagine bien en randonneurs, autour d’un feu de camp. Indie, quoi.

Plus de nouvelles depuis la sortie de On a Carousel of Sound, We Go Round, à la fois CD et DVD-documentaire sur le groupe et la musique en général. Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut arrêter de les écouter!

Extrait du documentaire

Passenger

In Concerts, Coups de coeur, News on 15/03/2011 at 10:47

Vers d’autres horizons

Je ne suis pas vraiment ce qu’on appelle une personne impulsive. Mais quand j’ai entendu cette voix en me promenant par hasard sur Queens Street Mall à Brisbane, qui transperçait le bruit des passants pressés, j’ai senti qu’il se passait quelque chose. On s’approche, et on découvre un guitariste pieds nus, entouré par une soixantaine d’oreilles attentives. Je récolte un flyer, découvre qu’il joue le soir même au Old Museum. Quelques heures plus tard, me voilà assise dans l’herbe, à manger un paquet de chips saveur barbecue, en attendant que les portes  de la salle s’ouvrent.

Même s’il est la première découverte que j’ai faite sur le sol australien, Passenger est britannique. Mike Rosenberg de son vrai nom, il était en tournée par ici après avoir enregistré son album Flight Of The Crow en collaboration avec de nombreux artistes locaux. Sa performance était décontractée (pas comme les tenues de mes voisines, je me sentais un peu plouc avec mon short), pleine d’intéractions avec le public. On en apprend beaucoup sur lui entre les chansons, sur sa vie. C’est ce que j’aime chez lui. Il a beau chanter la réalité, il arrive à la transcender, si bien que ça devient un peu notre histoire à tous. Comme si on faisait tous le même voyage. Parce que nous sommes tous des passagers, en proie à cette envie de changement, de nouveaux horizons.

Passenger est passionné, et ça se voit. Quand il joue, il y met tout son coeur, tout son corps. Sa voix devient à elle seule un instrument à part entière, encore plus puissant en acoustique. On pense à James Blunt, mais en plus doux et moins criard, avec plus de « matière » à l’intérieur. On sent le désespoir et l’espoir, l’urgence, la fragilité. Ses paroles sont honnêtes et tendres, parfois humoristiques. La preuve que talent et modestie peuvent bien coexister…

Petit aperçu du concert du 19/02

Reprise de « Sound of Silence » de Simon & Garfunkel, fantastique.. Assemblée muette, silence religieux. Impossible de tenir mon appareil photo devant moi.

Le côté plus léger de la vie était incarné ce soir-là par les deux autres musiciens, Daniel Lee Kendall, joueur, et Old Man River, avec son accent américain et sa tête de baroudeur.

Clip de « You’re on my mind » de Old Man River

facebook

Joe Purdy

In Coups de coeur, News on 23/02/2011 at 13:29

Let It Snow

Joe Purdy – If I had You

Ici en Australie il fait 30° mais je pense à vous, pauvres européens perdus dans un hiver sans fin!

Ecoutez plutôt.

C’est un barbu avec une guitare sèche ou un harmonica. C’est folk, mélancolique.

C’est Joe Purdy, singer-songwriter américain (Arkansas) qui a déjà plus d’une dizaine d’albums à son actif.

Le plus récent, This American (qui était en téléchargement gratuit sur son site pendant tout le mois de décembre), est la parfaite bande-son pour un après-midi enneigé au coin du feu…

A écouter : « Ride Off on a Cloud », « If I had you », « Oregon Trail »

Similarités avec : Damien Rice

myspace facebook

Apple Horse

In Coups de coeur, News on 24/01/2011 at 17:47

Un vrai bol d’air

Apple Horse – Filthy Halls

Ma dernière découverte : un folk-rock naturel, sautillant et lumineux, indie à souhait. L’oeuvre des très jeunes Apple Horse, originaires de Boise dans l’Idaho. Dont un des managers n’est autre que Jonathan Jones, chanteur de We Shot The Moon (dont j’avais parlé ici).

Courez télécharger « Filthy Halls » et « Summon God » sur leur page purevolume!

Vous pouvez aussi écouter leur nouvel EP Tuck me in, Woodsman en intégralité sur leur site officiel.

« Filthy Halls » est pour moi leur meilleur morceau à ce jour, avec une introduction digne d’un « grand groupe » (progression parfaite dans l’arrivée des instruments), un refrain addictif, et toujours cette voix à la texture originale.

Similarités avec : Sunday Drivers, Two Door Cinema Club, fun.

facebook

Shaun Fleming

In Coups de coeur, News on 21/07/2010 at 08:40

La belle échappée

Originaire de Los Angeles mais résidant aujourd’hui à Boston, voilà un artiste qui saura vous faire oublier quelques instants vos tracas quotidiens. Une voix douce, légèrement féminine. Une guitare sèche. Un blues/folk reposant, épuré.

A écouter : « What You Want », « Snow »

Similarités avec : Damien Rice

myspace