les oreilles grandes ouvertes

Posts Tagged ‘français’

Fauve

In Coups de coeur, News on 05/01/2013 at 14:42

En liberté

fauve nuits fauves

Fauve, ce sont ces bêtes sauvages en cavale, qui nous incitent à nous glisser entre les barreaux qui nous entourent, et à les suivre dans leur fuite en avant. C’est le goût de la liberté. Liberté de parole, de ton ; liberté d’exister.

Je me suis décidée à jeter une oreille à l’occasion de l’article d’Uncle Sound, depuis j’écoute en boucle les quelques morceaux disponibles. Et il est très probable qu’il vous arrive la même chose si vous profitez des téléchargements gratuits via leur page facebook de « Kané », « Saint Anne », « Nuits Fauves » et « 4.000 îles ».

Lire le reste de cette entrée »

Goldwave

In Albums, Coups de coeur on 02/12/2012 at 23:06

Mélodies d’hiver

goldwave night lights

Avec la chute des températures, le nouvel EP de ce groupe originaire de Caen ne pouvait pas mieux tomber.

Sorti chez Deux Minutes Trente, Night Lights (à écouter en intégralité sur le player ci-dessus) s’ouvre sur la piste du même nom, sorte de pont qui nous conduit jusqu’à l’entrée de leur monde. On le distingue au loin, sombre et hanté. La suite, c’est une grand messe solitaire, dans une immense salle voûtée parcourue de courants d’air. Au centre, le quintet fait vibrer ses guitares, convoquant tour à tour Radiohead, U2, Foals, Alt-J.

A déguster accompagné d’un verre de vin chaud.

Lire le reste de cette entrée »

Superpoze

In Albums, Coups de coeur on 30/09/2012 at 11:32

Un savant fou de 20 ans

superpoze by mathieu lion

On reste dans la musique (plutôt) tranquille avec Superpoze, un jeune prodige français originaire de Caen, entendu sur Sourdoreille (lire aussi l’interview). A 20 ans à peine, il semble déjà avoir tout compris! On est littéralement scotché par la dextérité fantastique avec laquelle il combine sons organiques et synthétiques pour arriver à ce mélange sans fioritures, aussi rétro que moderne, qui surfe entre jazz, hip hop, trip hop, ou inspirations orientales. Et si ses morceaux sont souvent instrumentaux ou avec très peu de paroles, c’est à peine si on s’en rend compte à l’écoute : denses, variés et rythmés, ils nous apaisent sans jamais lasser.

Lire le reste de cette entrée »

Woodkid

In Albums, Groupes favoris on 09/07/2012 at 11:12

Vive le Roi

woodkid by karim sadli iron

Oui, Yoann Lemoine, alias Woodkid, près d’un an après son apparition sur la scène musicale française… Parce que comme pour Mumford & Sons, il n’est jamais trop tard pour écouter! Parce que le son, l’image, la voix, tout est sublime. Un travail d’orfèvre, minutieux et délicat. Le chant nous accroche, les percussions nous entraînent, les cuivres nous enchaînent.

Sur l’EP sorti l’année dernière,« Iron » est suivie de 3 morceaux plus modestes, où les percussions sont remplacées par piano et violons. Parmi eux, « Brooklyn », ode d’une belle sincérité au quartier branché new-yorkais croisée avec une histoire d’amour ; la mélancolie absolue, hors du temps, qui va remuer si loin en vous que c’est un sourire qui finit par se dessiner sur vos lèvres.

Woodkid a dévoilé en mai dernier le clip du premier extrait de son album intitulé The Golden Age prévu pour cet automne, « Run Boy Run ». Un nouveau tour de force visuel et musical, qui reprend des éléments du clip de « Iron » en les étoffant encore: d’étranges créatures moussues s’extraient cette fois de terre pour rejoindre l’enfant dans sa course au ralenti.

Graphiste, réalisateur, musicien, chanteur… Vive le Roi.

Clip  de « Run Boy Run », grandiose

Clip de « Iron » et ses 14 millions de vues

Woodkid Iron EPx

Iron EP

1. Iron
2. Brooklyn
3. Baltimore’s Fireflies
4. Wasteland
5. Iron (Remix by Mystery Jets)
6. Iron (Remix by Gucci Vump)

Similarités avec: These New Puritans, Alt-J, M83, Aaron

facebook – deezer

Claire Denamur

In Coups de coeur, News on 28/04/2012 at 22:21

Thank you for smoking?

La pluie, puis la nuit. L’occasion de faire un écart question anglophonie, et parler d’une artiste qui chante plus souvent en français qu’en anglais. Mais en réalité, ce n’est qu’un petit écart : mis à part les mots, tout sonne anglo-saxon dans ses morceaux. Le résultat d’une enfance passée en Amérique du Nord, à écouter Billie Holiday, les Beatles, ou encore Frank Sinatra.

Donc Claire Denamur fait de la chanson blues qui gratte. Armée d’une guitare sèche, elle pose sa voix grave, joliment éraillée (par la cigarette?), sur un accompagnement épuré qui laisse briller ses textes souvent mélancoliques. Sur son dernier album sorti l’année dernière, Vagabonde, elle raconte ses doutes, ceux des autres, nous questionne. Les morceaux, à la fois doux et violents, sont comme autant d’instantanés de vies ; c’est un peu comme si on observait une maison miniature, avec toutes ses pièces remplies de souvenirs. A écouter sur deezer: « 34 Septembre », « Le temps passé », « Daemon », « A Child », « Together »

Sur scène, Claire Denamur a la même énergie et les mêmes sourires qu’il y a quelques années, quand je l’avais vue en première partie de Renan Luce et que ses chansons étaient plus légères et enlevées, entre Dutronc et Rose (premier album sur deezer) . Mais en gagnant en maturité et en profondeur, elle a aussi ouvert la porte à une plus riche expérience émotionnelle pour son public : cette année, au Pont des Artistes, puis à la Gaîté Lyrique, cette enchanteuse à la voix de crin a fasciné.

Elle petite et menue, lui grand et massif. Elle dans les graves, lui les aigus. A quand un duo avec l’excellent Rover?

Géniale reprise des Cold War Kids « Hang Me Up to Dry »

Clip de « Rien de moi »

Et ici, « 34 septembre », superbe live à la Gaîté Lyrique.

Reprise de « La nuit je mens » de Bashung pour France Inter

Similarités avec: The White Buffalo, Crosby, Still, Nash & Young, Rover

facebooksite officielsite de fans officiel

M83

In Albums, Groupes favoris on 09/10/2011 at 18:19

La tête dans les étoiles

Aujourd’hui projet d’Anthony Gonzales, M83 porte le nom d’une galaxie, et ce n’est pas un hasard : il y a quelque chose de grand et de magique dans sa musique, et ce ne sont pas Pitchfork ou Tsugi qui me contrediront.

C’est grâce à naïve et GetDaSound que j’ai découvert cet artiste hors du commun le mois dernier. « Midnight City », première chanson que j’ai entendue, a été une véritable révélation. Je la télécharge immédiatement (ça tombe bien, c’était gratuit!). En marchant sur les pavés dans le soleil parisien, mon casque sur les oreilles, c’est tout simplement l’extase.

Depuis, j’ai pu écouter Hurry Up We’re Dreaming, le nouvel album (ou plutôt double-album) qui sortira le 17 octobre prochain, et je n’ai pas été déçue. En un mot : grandiose! Synthés, sons électroniques, piano, cuivres, M83 ne fait pas dans la demi-mesure. En fait, comme avec Sparkadia aujourd’hui réduit à son chanteur, on a du mal à penser cette oeuvre comme le fruit d’un projet individuel. C’est trop complet, trop multiple ; comme si on s’aventurait au-delà de l’humain.

Sur les 22 pistes du double-album, on trouve une dizaine de morceaux chantés, entre lesquels s’intercalent de courtes pauses musicales plus ambient, pour former un ensemble solide et uni. De ce voyage intergalactique, je retiens 9 moments forts :
« Midnight City », au refrain hallucinant et orgasmique. C’est un décollage parfait, on est collés à notre siège.
« Reunion ». Stabilisation de la vitesse sans perdre en puissance sonore… On file à travers l’espace.
« Wait », poignante de douceur et de simplicité. Moment nostalgique. Sans comprendre les paroles, j’imagine une réflexion sur la possibilité d’un voyage sans retour.
« Raconte-moi une histoire », rêve poétique d’un enfant peuplé de grenouilles.
« Claudia Lewis ». Nouvelle accélération, avec une basse très présente.
« OK Pal », et son irrésistible mélodie « feel good ».
« Splendor », calme et hantée par de nombreuses voix et choeurs. Une atmosphère quasi-religieuse.
« Steve McQueen », à l’énergie posée. On sent comme une impatience juste retenue de rentrer chez soi.
« Outro », le retour, lent, vers la Terre ; parmi les humains.
Et c’est la fin. On frissonne, on a un sourire. Et puis on retourne à ses occupations, des étoiles dans les yeux.

Si vous n’avez pas pu acheter de billets pour son concert [complet] à la Gaité Lyrique le 30 novembre prochain, séance de rattrappage à la Cigale le 15 mars 2012!

« Midnight City »

Similarités avec : Awolnation

facebook site officiel

Outlines

In Coups de coeur, News on 19/09/2011 at 21:14

L’Art du Coquard

Juin. Fait rarissime, Mercury envoie une newsletter. C’est à propos du nouveau clip d’Outlines, formation parisienne qui m’était alors inconnue. J’écoute, et là, je sais instantanément que je vais écrire quelque chose sur eux. La voix soul-rock d’Irfane est comme un hameçon, j’accroche! Et je ne suis pas la seule; il n’y a qu’à voir le nombre d’articles qui ont fleuri sur la blogosphère et dans la presse à ce moment de l’année: Les Inrocks, ziknation, madmoizelle, tsugi, rfi, rocknfrance, le mouv…

C’est en 2007 qu’est sorti leur premier LP, Our Lives Are Too Short. Très réussi, il pose déjà les bases de leur style éclectique, entre rock façon The Format, dance-funk et hip-hop.

Leur nouvel EP, du nom du single « I Cannot Think », est moins varié et plus pop, même si on retrouve la basse funk et le clavier rythmique. Parfait exemple: « Visions », que vous avez sûrement entendu si vous écoutez Nova.

Un groupe à suivre.

Clip (un peu trash) de « I Cannot Think », ou l’art du coquard. Un conseil: évitez de le regarder juste après ou juste avant manger.

Gush

In Albums, Groupes favoris on 02/04/2011 at 14:06

Des Frenchies infatiguables et déjantés!

Gush – You Really Got Style

Je viens de réaliser que je n’avais pas encore écrit d’article complet sur ce groupe que je suis depuis leurs débuts sur myspace, et alors que :
– cet été je les ai vus aux Francos, mais aussi à St Hilaire de Riez (ce qui nous fait accessoirement un total de 36h de bus/train et 6 jours de congés!)… et c’était magique
– j’ai acheté leur album en septembre dernier et il a rythmé mes journées (et nuits) lors de mes 10 jours à Paris
– et last but not least, j’ai choisi « Let’s Burn Again » comme morceau-phare de mon étude psycho-musicale sur un éventuel lien entre personnalité et préférences musicales, que je mène dans le cadre d’un cours ce semestre à Brisbane.

Gush, pour moi, c’est l’été, c’est la liberté, c’est la joie de vivre, tout simplement. Quatre musiciens liés par les liens du sang, qui savent faire de chaque concert une expérience unique, à coups de solos improvisés ou de jeux avec le public. Quatre personnalités complémentaires, quatre voix (vous avez dit Beatles?), avec en commun une énergie et une bonne humeur à toute épreuve.

Leur premier album Everybody’s God est disponible depuis février 2010. Difficile de capturer la folie du live, mais ça reste de l’excellent travail.

J’aime particulièrement : le refrain enlevé de « Dance On », la basse collante sur « Back Home », les décalages rythmiques et la voix de Vincent sur « Favourite Song » , les paroles feel-good de « Vondelpark », la douceur de « In The Sun », les choeurs sur « Killing My Mind », le solo de synthé sur « You Really Got Style », l’introduction puis le rock/funk de « P-Nis », les harmonies vocales sur « Jealousy »

A écouter : « Killing My Mind », « Let’s Burn Again », « No Way », « Jealousy », « You Really Got Style »

Courez « aimer » les Gush sur facebook et téléchargez leur nouveau morceau « Leave Me » sous l’onglet « Musique »!

Aperçu du concert des Francos (P-Nis, Dance On, Let’s Burn Again, My Favourite Song)

Version acoustique un peu folle (ou plutôt complètement folle) de « No way » pour le Hiboo

Et puis je reposte le clip de « Let’s Burn Again », parce qu’il est génial.

Puggy

In Coups de coeur, News on 12/03/2010 at 20:07

C’est un Anglais, un Suédois et un Français…

Commençons par mon tout dernier coup de coeur pop, Puggy. Vous avez peut-être entendu leur entraînant « I do » à la radio…

Allez donc sur leur myspace écouter leurs autres morceaux, notamment le sautillant « Teaser » ou le reposant « Not a Thing Left Alone ».

Similarités avec : The Hoosiers, The Beatles