les oreilles grandes ouvertes

Posts Tagged ‘classe’

Woodkid

In Albums, Groupes favoris on 09/07/2012 at 11:12

Vive le Roi

woodkid by karim sadli iron

Oui, Yoann Lemoine, alias Woodkid, près d’un an après son apparition sur la scène musicale française… Parce que comme pour Mumford & Sons, il n’est jamais trop tard pour écouter! Parce que le son, l’image, la voix, tout est sublime. Un travail d’orfèvre, minutieux et délicat. Le chant nous accroche, les percussions nous entraînent, les cuivres nous enchaînent.

Sur l’EP sorti l’année dernière,« Iron » est suivie de 3 morceaux plus modestes, où les percussions sont remplacées par piano et violons. Parmi eux, « Brooklyn », ode d’une belle sincérité au quartier branché new-yorkais croisée avec une histoire d’amour ; la mélancolie absolue, hors du temps, qui va remuer si loin en vous que c’est un sourire qui finit par se dessiner sur vos lèvres.

Woodkid a dévoilé en mai dernier le clip du premier extrait de son album intitulé The Golden Age prévu pour cet automne, « Run Boy Run ». Un nouveau tour de force visuel et musical, qui reprend des éléments du clip de « Iron » en les étoffant encore: d’étranges créatures moussues s’extraient cette fois de terre pour rejoindre l’enfant dans sa course au ralenti.

Graphiste, réalisateur, musicien, chanteur… Vive le Roi.

Clip  de « Run Boy Run », grandiose

Clip de « Iron » et ses 14 millions de vues

Woodkid Iron EPx

Iron EP

1. Iron
2. Brooklyn
3. Baltimore’s Fireflies
4. Wasteland
5. Iron (Remix by Mystery Jets)
6. Iron (Remix by Gucci Vump)

Similarités avec: These New Puritans, Alt-J, M83, Aaron

facebook – deezer

Publicités

Louise and the Pins

In Coups de coeur, News on 14/05/2012 at 20:29

Londres, avant

Elles sont trois: Louise Hull, Bethan Gorman et Sara Templeman. Jeunes, mais leur pop posée et mélancolique a la pureté d’un autre temps.

Au centre, une voix. Celle de Louise Hull, ronde et moelleuse, avec juste une pointe de tragique. En l’écoutant, on a l’impression de mordre dans une brioche encore tiède, parsemée de grains de sucre qui craqueraient sous les dents. Un délice.

« Bell Jar » en acoustique pour les Mahogany Sessions

Clip de « Bell Jar » avec l’acteur David Bradley, touchant, à découvrir ici

Et ici, leur reprise délicate de « Should I Stay Or Should I Go » des Clash

Similarités avec: Damien Rice, Amy Winehouse, Moriarty

facebook

Claire Denamur

In Coups de coeur, News on 28/04/2012 at 22:21

Thank you for smoking?

La pluie, puis la nuit. L’occasion de faire un écart question anglophonie, et parler d’une artiste qui chante plus souvent en français qu’en anglais. Mais en réalité, ce n’est qu’un petit écart : mis à part les mots, tout sonne anglo-saxon dans ses morceaux. Le résultat d’une enfance passée en Amérique du Nord, à écouter Billie Holiday, les Beatles, ou encore Frank Sinatra.

Donc Claire Denamur fait de la chanson blues qui gratte. Armée d’une guitare sèche, elle pose sa voix grave, joliment éraillée (par la cigarette?), sur un accompagnement épuré qui laisse briller ses textes souvent mélancoliques. Sur son dernier album sorti l’année dernière, Vagabonde, elle raconte ses doutes, ceux des autres, nous questionne. Les morceaux, à la fois doux et violents, sont comme autant d’instantanés de vies ; c’est un peu comme si on observait une maison miniature, avec toutes ses pièces remplies de souvenirs. A écouter sur deezer: « 34 Septembre », « Le temps passé », « Daemon », « A Child », « Together »

Sur scène, Claire Denamur a la même énergie et les mêmes sourires qu’il y a quelques années, quand je l’avais vue en première partie de Renan Luce et que ses chansons étaient plus légères et enlevées, entre Dutronc et Rose (premier album sur deezer) . Mais en gagnant en maturité et en profondeur, elle a aussi ouvert la porte à une plus riche expérience émotionnelle pour son public : cette année, au Pont des Artistes, puis à la Gaîté Lyrique, cette enchanteuse à la voix de crin a fasciné.

Elle petite et menue, lui grand et massif. Elle dans les graves, lui les aigus. A quand un duo avec l’excellent Rover?

Géniale reprise des Cold War Kids « Hang Me Up to Dry »

Clip de « Rien de moi »

Et ici, « 34 septembre », superbe live à la Gaîté Lyrique.

Reprise de « La nuit je mens » de Bashung pour France Inter

Similarités avec: The White Buffalo, Crosby, Still, Nash & Young, Rover

facebooksite officielsite de fans officiel

Ancient Astronauts

In Albums, Coups de coeur on 18/02/2012 at 23:32

Voyager

ancient astronauts fad photography into bass and time

Heureusement que les disques existent encore! Ceci est un petit bijou récupéré il y a quelques jours chez naïve. Totalement différent de ce que j’écoute d’habitude, puisque c’est un genre de trip-hop spatial, instrumental la plupart du temps. Mais en ce moment, ce son doux comme une pluie de flocons se marie parfaitement avec mes cafés brûlants.

Sorti en 2011, Into Bass and Time fait suite à We Are To Answer, très beau premier album du duo allemand Ancient Astronauts, qui a vu le jour en 2009 (je vous invite à l’écouter sur soundcloud).

Le premier morceau, « Bass and Time », joue le rôle d’introduction: c’est un décollage en douceur, avec une basse sourde et des percussions claires. Recette que le groupe garde tout au long de l’album, mais en ajoutant cuivres, cordes (« Peace in the East », aux accents joliment orientaux, est l’un des morceaux les plus réussis de l’album),  mélodica (« Calvert Street Rock », merci The Untz pour le nom!) ou encore voix (mention spéciale pour Akua Naru sur « Last Night »), ce qui fait que ce n’est absolument pas lassant. Les influences se croisent, se décroisent… Impossible de s’arrêter lorsqu’on a commencé : on sent qu’on doit finir le voyage! Je mets quand même à part « Give it to you », un peu trop orienté rnb à mon goût.

Tout paraît venir naturellement et à propos dans la musique de ces génies du mix, qui parviennent sans aucun effort à faire fusionner les cultures. Et ça fait du bien.

Similarités avec : Morcheeba

Excellent mix fait par le groupe avec des extraits de Into Bass and Time (durée: env.10min)

Into Bass and Time (ESL)

1. Bass and Time
2. Still a soldier
3. The Shinng (feat. Azeem)
4. Impossible
5. Anti Pop Song
6. Don’t Stop (feat. Raashan Ahmad)
7. Worldwide
8. Eternal Searching (feat. W. Ellington Felton)
9. Peace In The East (feat. Entropik)
10. Calvert Street Rock
11. Give It To You (feat. Monsoon)
12. Rocket Science
13. Last Night (feat. Akua Naru)
14. Bitter Hypnotic (feat. Phat Old Mamas)
15. Nocturne

album sur deezerfacebooksite officieltous leurs dj mixes

Milagres

In Albums, Coups de coeur on 18/02/2012 at 21:42

Brrr…

milagres glowing mouth eric schwortz

Ne JAMAIS lire de chronique où que ce soit avant d’écrire à propos d’un album. Je le sais, pourtant. Mais quand j’ai vu leur nom dans Tsugi, je n’ai pas pu résister. Résultat, impossible de me sortir de la tête ces idées de vastes étendues nordiques et de buée sur les vitres. Quoique des traces de gel seraient encore plus appropriées, à mon avis… Et je rajouterais un vieux train qui file à travers ces étendues enneigées. Parce que Milagres ne fait pas de la musique immobile ; il y a une énergie froide et industrielle qui transpire des 11 morceaux de Glowing Mouth.

J’avais accroché immédiatement à « Halfway » qui ouvre l’album, mais ensuite je n’avais écouté que d’une oreille au bureau, et j’étais passée à côté de ce qui, après plusieurs écoutes attentives, se révèle être un très bon disque. Les morceaux s’enchaînent sans effort, les refrains restent en tête. Synthés vibrants, percussions laconiques, chant efficace qui passe des aigus aux graves (« Fright of Thee »), s’efface si besoin et devient un instrument comme les autres… Comment ne pas être conquis?

Le groupe, basé à New York, se voit comme « cinq mecs, un van, une aventure sans fin ». Même si on sait que toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin, on espère qu’elle durera très longtemps, cette aventure!

A écouter aussi: le vibrant « Gentle Beast », l’aérien « Glowing Mouth », le collant « Gone », le mélancolique « Doubted »

Téléchargez gratuitement « Here To Stay » sur leur page bandcamp.

Le clip barré et un peu flippant de « Halfway »

Glowing Mouth (Memphis Industries)

1. Halfway
2. Here To Stay
3. Glowing Mouth
4. Gentle Beast
5. Lost in the Dark
6. Fright of Thee
7. Moon on the Sea’s Gate
8. Gone
9. For Disposal
10. To Be Imagined
11. Doubted

Encore merci à Zaza pour l’album!

site officielfacebook

Trophy Wife

In Albums, Coups de coeur, News on 29/12/2011 at 16:57

Rêve ou réalité?

Comment expliquer cette étrange impression d’être dans un rêve éveillé qui nous saisit lorsqu’on les écoute, même sans faire attention aux paroles ni aux titres des morceaux? C’est là tout le talent de ce trio originaire d’Oxford, qui a choisi de se pencher sur les troubles du sommeil, et en particulier l’état intermédiaire où l’on a du mal à faire la différence entre rêve et réalité : ils ne parlent pas seulement des choses, ils nous les font vivre.

Leur nouvel EP s’intitule donc Bruxism – bruit que font souvent les dents quand on dort, ou « mouvement inconscient sans but précis concernant l’appareil manducateur » d’après wikipedia. Cela donne une musique très rythmée (cf la sautillante « Canopy Shade » ou « Sleepwalks », carrément dansante), avec un côté planant (présent sur la très belle dernière piste de l’EP « Wolf »). On se laisse porter par le son clair des instruments et la voix hypnotique de Jody Prewett, et on sourit.

Sur cet EP, les Trophy Wife ont décidé de changer leur mode de fonctionnement, et ont travaillé avec cinq producteurs différents : Ewan Pearson, Yannis Philippakis (Foals),  Andrew Halford, James Yuill (« Bruxism ») et Plaid (« Canopy Shade »). Une façon de laisser plusieurs voix s’exprimer conforme à la démarche globale concernant l’EP, puisque les troubles du sommeil sont à la fois universels et profondément personnels : tout le monde en souffre, d’une façon ou d’une autre, mais ils ne sont véritablement partagés que par celui qui est affecté et son partenaire…

Un de leurs précédents morceaux, « Surfacing », fait partie de la Compilation Kitsuné n°12, à écouter sur deezer.

Merci à Matt et Ellie de Stay Loose pour l’EP!

Similarités avec : MGMT, Cut Copy, Foals

Clip étrange et fascinant de « Wolf », réalisé par Yannis Philippakis de Foals

« Canopy Shade »

Clip encore plus étrange (!) de « Canopy Shade » à voir ici.

Bruxism (Blessing Force)

1. Canopy Shade
2. Bruxism
3. Seven Waves
4. Sleepwalks
5. Wolf

facebook

M. Jack Bee

In Coups de coeur, News on 01/11/2011 at 22:02

Au pays des surfeurs, on rêve

C’est le son que j’ai cherché toute la journée, alors que dehors la pluie tombait. Un timbre de voix irrésistible, entre puissance et fragilité. D’apparence simple (guitare/voix), ce que propose l’Australien M Jack Bee mérite vraiment qu’on s’y intéresse de plus près : on sent que cette voix, qui semble prête à tous les exercices, peut tout à fait lui permettre de choisir de s’engager sur une voie musicale plus risquée, et de s’extirper ainsi de la masse des chanteurs à chapeau et chant mélancolique.

On voit d’ailleurs déjà la différence entre « Sound of Love » et « She Said », enregistrées en live avec un groupe, et les chansons de son précédent EP In Loops ; même si je trouve que sa voix collerait mieux à une ambiance plus électronique, et moins rock indie. Avec sa batterie tranquille, son piano et ses choeurs, « Sound Of Love » est pour moi la meilleure et la plus originale de toutes (mention spéciale au sifflement de début qui sonne agréablement faux!). Je verrai bien un clip en noir et blanc, avec de la neige. Vous pouvez la télécharger gratuitement sur le site de triple j.

A écouter sur sa page facebook : « Sound Of Love », « Farewell », « Photograph »

« Sound Of Love »

Similarités avec : Damien Rice, Mumford and Sons, Passenger, The White Buffalo, Joe Purdy, Jason Mraz

Hooray For Earth

In Coups de coeur, News on 29/10/2011 at 20:34

Planant et majestueux

hooray for earth eric nowels true loves

par Eric Nowels

On repart dans le synth-rock spatial avec une formation basée à New York, Hooray For Earth. Un nom qui pourrait inciter à ne pas les prendre au sérieux, et pourtant, ce serait une erreur! Leur son n’a en réalité rien d’enfantin ou de naïf : il est grand et posé ; planant et majestueux. Après seulement 2 EPs (Cellphone en 2008 et Momo en 2010), le groupe centré autour de Noel Heroux a réussi le tour de force de faire un premier album parfaitement dosé, à la fois homogène et varié : on ne s’ennuie pas une seconde, et en même temps, on ne reste pas sur sa faim quand ça se termine.

Dix morceaux entiers, donc, avec une basse souvent altérée (aux accents parfois dubstep), des sons multiples, électroniques ou non, venant de tous côtés, des percussions précises. Une voix et des choeurs, enfin, qui semblent repousser la voûte sonore toujours plus haut, plus loin.

Cet album, intitulé True Loves (du nom du morceau hallucinant qui pourrait être leur premier single), est sorti en juin dernier de l’autre côté de l’Atlantique, et sera disponible en France début 2012 (Memphis Industries).

A écouter sur grooveshark: « True Loves », « Same », « Hotel », « Bring Us Closer Together », « Black Trees »

Clip de « True Loves », fascinant

Clip de « Sails »

Similarités avec :  M83, Sparkadia, Foals, We Have Band, Apple Horse

Merci à Zaza!

facebookofficielgroovesharksessions big ugly yellow couch

Kimbra

In Coups de coeur, News on 27/10/2011 at 22:14

Femme

Allez, j’ose vous parler d’une artiste néo-zélandaise malgré la finale de dimanche. Parce que non, la Nouvelle-Zélande ne se résume pas aux moutons, joueurs de rugby et paysages de la fameuse trilogie : il y a aussi des gens qui chantent, comme Kimbra Johnson.

Nominée en tant que Meilleure Artiste Féminine aux ARIA 2011 pour son excellent duo avec Gotye dont j’ai parlé plus tôt, « Somebody that I used to know », Kimbra a enregistré son premier album intitulé Vows à Melbourne, où elle s’est installée depuis quelques années. Il est sorti cet automne en Australie et Nouvelle-Zélande, chez Warner.

La musique est variée et toujours très rythmée, à coups de claps de main, synthés, cuivres… La voix est ronde, légère, voyageant des aigus aux graves. Kimbra a son style à elle, entre pop, soul, dance, rétro et funk. Une sorte de Camille australe, plus mélodique et étoffée. Plus conventionnelle, en fait. Mais la texture de sa voix et son charisme en font une artiste remarquable. Dans ses clips, très travaillés et minutieusement chorégraphiés, on sent une sa fierté d’être une femme. Elle joue à séduire, mais sans tomber dans la provocation. Certaines pourraient s’en inspirer…

A écouter sur grooveshark : « Good Intent », « Settle Down », « Old Flame », « Plain Gold Ring »

Similarités avec : Oh, Land, Gotye, Camille, Panic at the Disco

Clip de « Settle Down »

Clip de « Good Intent »

Et regardez aussi le clip coloré et délirant de « Cameo Lover » (d’où est tirée la photo que j’ai choisie), morceau que je verrais bien accompagner un Bridget Jones!

facebookgrooveshark


Emma-Louise

In Coups de coeur, News on 03/08/2011 at 14:28

En équilibre

« Jungle », « Safari »… A croire que la mode est à l’Afrique chez les chanteuses. Mais je vous rassure tout de suite, c’est le seul point commun entre la chanson de Yelle et celle d’Emma-Louise.

Avec ses cheveux coupés courts, cette jeune Australienne de 19 ans, originaire de Cairns (Queensland), a l’air de savoir ce qu’elle veut. Et c’est tant mieux!

« Insomnia »  était déjà prometteuse en 2008. Avec « Jungle », c’est la révélation. Elle semble avoir trouvé son style, entre minimalisme et dynamisme. J’ai été d’abord un peu surprise par le côté statique du clip (je ne sais pas exactement pourquoi, mais je m’attendais à du mouvement, des couleurs, de l’énergie… et c’est tout le contraire!), mais ça ne m’empêche pas de le trouver très réussi. Emma-Louise y est rayonnante. Belle et naturelle, l’équilibre est parfait entre la candeur d’une jeune fille et la maturité d’une femme. Si sa voix maîtrisée à la perfection (regardez les vidéos ci-dessous) ne vous séduit pas, son regard profond aura raison de vous… Vous voilà sur un fil, suspendu, en équilibre.

Téléchargez gratuitement « Jungle » sur sa page bandcamp.

Clip de « Jungle »

« To Keep Me Warm »
(qui fait penser au « Quand je marche » de Camille)

Vidéo pour « Bones » tournée avec des amis

Live de « Shoes Full of Water »

Similarités avec: Adele, Camille, Meiko, Oh Land, Colbie Caillat

Merci à Jacob Tilley.

facebook