les oreilles grandes ouvertes

Posts Tagged ‘pop/rock’

Hooray For Earth

In Coups de coeur, News on 29/10/2011 at 20:34

Planant et majestueux

hooray for earth eric nowels true loves

par Eric Nowels

On repart dans le synth-rock spatial avec une formation basée à New York, Hooray For Earth. Un nom qui pourrait inciter à ne pas les prendre au sérieux, et pourtant, ce serait une erreur! Leur son n’a en réalité rien d’enfantin ou de naïf : il est grand et posé ; planant et majestueux. Après seulement 2 EPs (Cellphone en 2008 et Momo en 2010), le groupe centré autour de Noel Heroux a réussi le tour de force de faire un premier album parfaitement dosé, à la fois homogène et varié : on ne s’ennuie pas une seconde, et en même temps, on ne reste pas sur sa faim quand ça se termine.

Dix morceaux entiers, donc, avec une basse souvent altérée (aux accents parfois dubstep), des sons multiples, électroniques ou non, venant de tous côtés, des percussions précises. Une voix et des choeurs, enfin, qui semblent repousser la voûte sonore toujours plus haut, plus loin.

Cet album, intitulé True Loves (du nom du morceau hallucinant qui pourrait être leur premier single), est sorti en juin dernier de l’autre côté de l’Atlantique, et sera disponible en France début 2012 (Memphis Industries).

A écouter sur grooveshark: « True Loves », « Same », « Hotel », « Bring Us Closer Together », « Black Trees »

Clip de « True Loves », fascinant

Clip de « Sails »

Similarités avec :  M83, Sparkadia, Foals, We Have Band, Apple Horse

Merci à Zaza!

facebookofficielgroovesharksessions big ugly yellow couch

Outlines

In Coups de coeur, News on 19/09/2011 at 21:14

L’Art du Coquard

Juin. Fait rarissime, Mercury envoie une newsletter. C’est à propos du nouveau clip d’Outlines, formation parisienne qui m’était alors inconnue. J’écoute, et là, je sais instantanément que je vais écrire quelque chose sur eux. La voix soul-rock d’Irfane est comme un hameçon, j’accroche! Et je ne suis pas la seule; il n’y a qu’à voir le nombre d’articles qui ont fleuri sur la blogosphère et dans la presse à ce moment de l’année: Les Inrocks, ziknation, madmoizelle, tsugi, rfi, rocknfrance, le mouv…

C’est en 2007 qu’est sorti leur premier LP, Our Lives Are Too Short. Très réussi, il pose déjà les bases de leur style éclectique, entre rock façon The Format, dance-funk et hip-hop.

Leur nouvel EP, du nom du single « I Cannot Think », est moins varié et plus pop, même si on retrouve la basse funk et le clavier rythmique. Parfait exemple: « Visions », que vous avez sûrement entendu si vous écoutez Nova.

Un groupe à suivre.

Clip (un peu trash) de « I Cannot Think », ou l’art du coquard. Un conseil: évitez de le regarder juste après ou juste avant manger.

Operator Please

In Coups de coeur, News on 09/09/2011 at 11:04

Une pépite!

Chose promise, chose due, voilà donc (enfin) un article sur Operator Please, véritable petite pépite pop/électro/rock dénichée à Gold Coast, en Australie. C’est propre, efficace, dansant, et d’une incroyable maturité vu leur jeune âge! Au centre, la voix de la charismatique chanteuse Amandah Wilkinson.

Ils sortent un premier EP en 2005, l’année de la formation du groupe, On The Prowl. Suivent en 2007 un autre EP, Cement Cement, et un premier album, Yes Yes Vindictive, où on retrouve le morceau-phare « Just a Song About Ping-Pong ». Leur dernier album à ce jour s’intitule Gloves. Sorti en 2010, il est composé de 10 chansons très bien enregistrées, qui en disent long sur le potentiel de ces cinq Australiens débordants d’énergie. Inutile de préciser qu’ils ont littéralement enflammé le Hi-Fi pour le concert de Sparkadia en mai dernier! Ils ont joué au Nouveau Casino en 2008, ne les ratez pas s’ils reviennent en France…

Operator Please: Amandah Wilkinson (chant, guitare), Taylor Henderson (violon), Ashley McConnell (basse), Chris Holland (clavier), Tim Commandeur (batterie).

A écouter en priorité: « Volcanic », « Logic », « Catapult », « Loops », « Losing Patience »

« Catapult »

Clip de « Logic »

Blame Ringo!

In Albums, Concerts, Coups de coeur on 24/08/2011 at 14:13

Un Beatles pointilleux?

Un vendredi soir à la Brisbane Powerhouse. Il fait déjà nuit, peu de gens se sont déplaçés. Mais il en faudrait beaucoup plus pour décourager le groupe en résidence pour le mois de juin! Ce sont les Blame Ringo! et leur toute nouvelle formation (qu’ils appellent modestement « le groupe de rêve »): Pete Kilroy, Ross Pearson, Jessiah Cocks et Jack Parkes. Les Australiens jouent des morceaux qui leur ressemblent, simples et profonds à la fois ; sans fioriture inutile. Du pop/rock/folk tranquille, à la manière des New-Yorkais de The Canon Logic. Ils ont l’humour léger, le sourire franc… Terriblement attachants. La dernière chanson est une révélation: ce groupe est taillé pour la réussite.

Et le concert n’a pas manqué d’action. La meilleure: le photographe à la barbe hirsute (qui passait son temps à prendre des plans étonnamment rapprochés des musiciens) s’empare tout d’un coup du micro et se met à rapper, en dévoilant un t-shirt à son effigie sous sa veste! Une intervention sans aucun doute planifiée, mais qui n’en est pas moins agréablement surprenante. Il s’agit en réalité de Danaj The Unstoppable.

Leur EP Too Strange For Avery oscille entre inspirations Beatles, Crosby and Co. ou encore Kooks. A écouter sur leur page bandcamp: « One-Way Driver », « Midnight To Twilight », « The Girl Who Likes Me »

Enfin, si vous voulez en savoir plus sur l’histoire qui entoure le choix de cet étrange nom, à savoir « C’est la faute de Ringo Starr », allez faire un tour sur leur site officiel… Un site web tout en largeur, plein de textes, photos et théories délirantes. On y apprend que le célèbre Beatles aurait menacé le groupe, qui s’appellait alors Goodbye Vienna, de les attaquer en justice pour une affaire de copyright (c’est aussi le titre de son 4ème album).

« One-Way Driver »

Vidéo qui a fait un peu de buzz même en France en 2009: Un jour à Abbey Road, pour leur morceau « Garble Arch » sur leur premier album

Clip (hilarant) de « In A Hurricane »

Vidéo commerciale pour Dreamworld. Bien sûr, l’originalité n’est pas vraiment au rendez-vous, et ce n’est apparemment qu’un remake, mais peu importe: c’est une des chansons les plus joyeuses que j’ai jamais entendue, et je vous mets au défi de ne pas sourire en l’écoutant.

facebook

Hungry Kids of Hungary

In Coups de coeur, News on 10/06/2011 at 03:40

Croquer la vie à pleines dents!

Mon coup de coeur du mois dernier. Des Autraliens, dans la lignée de The Virgins ou Vampire Weekend,  qui nous servent un pop/rock enjoué, gentiment énergisant. Parfait pour se vider la tête et se croire en vacances! Ils font preuve d’une plus grande profondeur sur leurs morceaux plus posés comme « Old Money », de leur EP Mega Mountain, ou « Eat Your Heart Out », de leur dernier album Escapades (à écouter en intégralité sur grooveshark). Mais toujours en restant dans le positif. Comme si après tout, même les mauvaises passes avaient leurs bons côtés.

Profitez du téléchargement gratuit de la chanson bonus d’Escapades « Keep Talking » sur leur page bandcamp!

Leur concert au Hi-Fi (Brisbane) samedi 28/05, clôturant leur tournée à travers l’Australie, a dépassé mes attentes. D’abord parce qu’à les regarder, c’était clair qu’ils étaient contents d’être là. Ensuite parce qu’au milieu de ce public en extase, on pouvait sentir ce puissant frisson collectif propre aux grands concerts. La chanson finale, où tous les membres des autres groupes les ont rejoints (Daniel Lee Kendall, Andrew Bull, The Chemist – dont je parlerais très prochainement), restera sans doute longtemps dans les mémoires. Imaginez une quinzaine de types sur scène, hilares, une paire de maracas à la main, et qui se sautent les uns sur les autres… un joyeux bazar. Impossible alors de résister à une telle énergie positive. Il n’y avait qu’à voir les gens qui sortaient de la salle une fois le concert terminé: tous sans exception avaient un sourire jusqu’aux oreilles.

A écouter: « The Vacationer », « Coming Around », « You Ain’t Always There »

Similarités avec: Two Door Cinema Club, Jamaica, Young The Giant, Queen, Strokes, The Virgins, Vampire Weekend, Bowling For Soup

Clip de « Coming Around »

Clip de « Old Money »

Clip de « Wristwatch »

facebooksite officiel

To Kill A King

In Coups de coeur, News on 10/05/2011 at 14:22

Retour en arrière

Même si ça enlève un peu de saveur à la découverte sur le moment, puisque ça tombe tout cuit dans mon inbox, ça a quand même du bon d’être dans la mailing-list d’une agence de RP! Peut-être que je n’aurais jamais entendu ces anglais à la pop-groseille; sensible, délicate, tragique.

Dans le ton de Noah and the Whale, avec leurs chansons pleines de mélancolie, hantées par la voix traînante de Ralph Pelleymounter, ils semblent faire ressurgir l’Angleterre industrielle des siècles passés. Leur nom lui-même, To Kill A King, est tiré d’un film sur la Première Révolution anglaise (English Civil War). On s’étonne de leur jeunesse. Ces nuages gonflés de pluie qui obscurcissent si souvent le ciel de nos voisins feraient-ils grandir plus vite?

Côté vidéos, leurs clips sont centrés sur l’humain, mais parfois un peu difficiles à comprendre. Jugez par vous-mêmes avec les clips de « Fictional State » (ci-dessous, mis en ligne il y a quelques jours) ou « Cold Skin ».

Similarités avec: Noah and the Whale, Grizzly Bear, Good Old War

« Bones »

Clip de « Fictional State », leur premier single qui sortira officiellement le 30 mai

Live studio de « Family »

Live acoustique de « Northern City ». Magnifiques harmonies vocales sur le refrain.

Gush

In Albums, Groupes favoris on 02/04/2011 at 14:06

Des Frenchies infatiguables et déjantés!

Gush – You Really Got Style

Je viens de réaliser que je n’avais pas encore écrit d’article complet sur ce groupe que je suis depuis leurs débuts sur myspace, et alors que :
– cet été je les ai vus aux Francos, mais aussi à St Hilaire de Riez (ce qui nous fait accessoirement un total de 36h de bus/train et 6 jours de congés!)… et c’était magique
– j’ai acheté leur album en septembre dernier et il a rythmé mes journées (et nuits) lors de mes 10 jours à Paris
– et last but not least, j’ai choisi « Let’s Burn Again » comme morceau-phare de mon étude psycho-musicale sur un éventuel lien entre personnalité et préférences musicales, que je mène dans le cadre d’un cours ce semestre à Brisbane.

Gush, pour moi, c’est l’été, c’est la liberté, c’est la joie de vivre, tout simplement. Quatre musiciens liés par les liens du sang, qui savent faire de chaque concert une expérience unique, à coups de solos improvisés ou de jeux avec le public. Quatre personnalités complémentaires, quatre voix (vous avez dit Beatles?), avec en commun une énergie et une bonne humeur à toute épreuve.

Leur premier album Everybody’s God est disponible depuis février 2010. Difficile de capturer la folie du live, mais ça reste de l’excellent travail.

J’aime particulièrement : le refrain enlevé de « Dance On », la basse collante sur « Back Home », les décalages rythmiques et la voix de Vincent sur « Favourite Song » , les paroles feel-good de « Vondelpark », la douceur de « In The Sun », les choeurs sur « Killing My Mind », le solo de synthé sur « You Really Got Style », l’introduction puis le rock/funk de « P-Nis », les harmonies vocales sur « Jealousy »

A écouter : « Killing My Mind », « Let’s Burn Again », « No Way », « Jealousy », « You Really Got Style »

Courez « aimer » les Gush sur facebook et téléchargez leur nouveau morceau « Leave Me » sous l’onglet « Musique »!

Aperçu du concert des Francos (P-Nis, Dance On, Let’s Burn Again, My Favourite Song)

Version acoustique un peu folle (ou plutôt complètement folle) de « No way » pour le Hiboo

Et puis je reposte le clip de « Let’s Burn Again », parce qu’il est génial.

Loomis & The Lust

In Groupes favoris, News on 05/03/2011 at 09:14

Cool-attitude

Le sourire du chanteur Will Loomis sur la photo reflète bien la relation qu’a le groupe avec la musique. Originaires de Santa Barbara, CA, les Loomis and the Lust ne sont pas là pour se prendre la tête. L’objectif : s’éclater! Ce qui nous donne des morceaux légers, entraînants et respirant la bonne humeur. La ligne de basse, souvent variée, et les refrains ultra-efficaces (qui ne vous sortent plus de la tête), y sont pour beaucoup.

Après un premier EP, Nagasha, ces jeunes Californiens ont continuent sur leur brillante lancée avec un nouvel EP intitulé Space Camp, sorti en août 2010. Au programme : des chansons variées, pleines de clin d’oeils musicaux (The Police…), qui vous (re)donneront le sourire! Il est diponible sur amazon.com.

Clip de « Bright Red Chords », hilarant

Clip de « A.D.D. »

Clip de « Barbarella »

Et pour voir ce qu’ils donnent en live, cliquez sur ce lien pour découvrir un live acoustique de « Bright Red Chords »

site officielfacebook

Young the Giant (2)

In Albums, Concerts, Groupes favoris on 27/02/2011 at 11:00

Musiciens, magiciens

young the giantNouveau post à propos de cet extraordinaire groupe californien, à l’occasion de la sortie de leur premier album en tant que Young the Giant, sobrement intitulé… Young The Giant.

Mais d’abord, petit retour en arrière. En 2004, The Jakes était un groupe de lycéens, acronyme comportant la première lettre des noms des 5 membres du groupe (dont Sameer, Jacob et Ehson). Les années passent, les membres vont et viennent, sont dispersés dans différentes universités. Ils parviennent quand même à continuer d’écrire et à jouer ensemble régulièrement. En 2008, lorsque je les entends pour la première fois, ils sont six: Sameer (dont la voix aérienne ne peut vous laisser indifférent), Francois (alors bassiste),  Payam, Jason (ancien batteur), Ehson (claviers) et Jacob. Leur son est innatendu, rafraîchissant. Leur paroles à la fois poétiques et engagées. Plus sur leur premier EP dans cet article.

Aujourd’hui, Young The Giant se compose de (de gauche à droite sur la photo) : Sameer, Jacob, Francois, Eric, Payam. Tout s’est enchaîné depuis  qu’ils ont eu la chance d’assurer la première partie des Kings Of Leon en Janvier 2009, à la House of Blues de Chicago, après avoir été sélectionnés par le groupe et les fans. Ils signent chez Roadrunner Records, puis décident d’abandonner le nom de The Jakes, qui n’a plus vraiment de raison d’être étant donné la nouvelle composition du groupe, mais surtout, comme l’explique Sameer ici, correspond à une période révolue, celle des années lycée. Désormais, ils seront Young The Giant, témoins du « gigantesque combat que la jeunesse de chaque génération doit mener contre le cynisme et le désenchantement », d’après les mots de Sameer. Néanmoins, il rappelle aux fans qui pourraient être désorientés que « ce qui est important, c’est la substance, pas le nom ».

Hiver 2010. Le groupe se fait remarquer lors de sa performance aux CMJ Festival à New York. Résultat, un article dans les Inrocks, et sur leur site CQFD.  Voilà enfin un début de buzz dans notre beau pays! Le groupe annonce d’autre part la sortie du single « Apartment » au Royaume-Uni chez Young and Lost Club Records, un label indépendant basé à Londres connu pour dénicher les perles rares.

Arrive 2011. En Janvier, Young The Giant fait une apparition à la TV nationale US, en jouant deux chansons lors du « Jimmy Kimmel Live! ». Février, le groupe s’envole pour 4 dates à Londres, suivies par un showcase-surprise à Cologne (Allemagne). Ils seront de retour en Europe en mai prochain.

Que dire du nouvel album, dans les bacs (comme on dit) depuis le 25 Janvier? Simplement que la magie opère mieux que jamais. Quoiqu’en dise Pitchfork, ils n’ont pour moi pas perdu ce qui faisait d’eux un groupe unique et universel à la fois. Honnêtement, je n’avais pas totalement accroché à « My Body » la première fois que je l’avais entendue, et je l’écoutais un peu machinalement parce que c’était la seule nouvelle chanson disponible avant septembre ; mais depuis, surtout après l’avoir vécue en live à Londres, j’ai réalisé à quel point elle était centrale. C’est une sorte de pivot, quelque chose  de solide sur lequel ils s’appuient pour construire l’album entier.  Autour, gravitent des morceaux sensibles et émouvants, qui donnent des envies d’évasion. On retrouve deux nouvelles versions de chansons de l’EP Shake My Hand « Cough Syrup » et « Garands (at Normandie) ». L’album se clôt avec deux morceaux qui, tout en restant conforme au son global de l’album, sortent du lot : « Islands » (lente, très peu d’instruments, beaucoup plus ambient), et « St Walker » (un rythme original sur le refrain). La dernière piste, « Guns Out », nous ramène sur des terres connues, tout en laissant la porte grande ouverte sur de nouveaux horizons, « where the stars meet the sky »…

A noter que depuis quelques jours, on peut écouter « Apartment » sur Deezer, ce qui marque encore un pas en avant dans leur conquête de l’Hexagone! Mais par pitié, enlevez-moi cette biographie qui retrace l’histoire des Young Marble Giants…

« Apartment » en version acoustique, irréel

« Strings » pour l’excellent blog Big Ugly Yellow Couch

Ecoutez aussi leur magnifique reprise de la chanson d’Adele « Rolling in the deep », pour l’émission de Dermot O’Leary sur BBC Radio2 (UK)

Young The Giant

1. Apartment
2. My Body
3. I Got
4. Cough Syrup
5. God Made Man
6. 12 Fingers
7. Strings
8. Your Side
9. Garands
10. St Walker
11. Islands
12. Guns Out

Premier album disponible sur amazon, la fnac

Apple Horse

In Coups de coeur, News on 24/01/2011 at 17:47

Un vrai bol d’air

Apple Horse – Filthy Halls

Ma dernière découverte : un folk-rock naturel, sautillant et lumineux, indie à souhait. L’oeuvre des très jeunes Apple Horse, originaires de Boise dans l’Idaho. Dont un des managers n’est autre que Jonathan Jones, chanteur de We Shot The Moon (dont j’avais parlé ici).

Courez télécharger « Filthy Halls » et « Summon God » sur leur page purevolume!

Vous pouvez aussi écouter leur nouvel EP Tuck me in, Woodsman en intégralité sur leur site officiel.

« Filthy Halls » est pour moi leur meilleur morceau à ce jour, avec une introduction digne d’un « grand groupe » (progression parfaite dans l’arrivée des instruments), un refrain addictif, et toujours cette voix à la texture originale.

Similarités avec : Sunday Drivers, Two Door Cinema Club, fun.

facebook