les oreilles grandes ouvertes

After Midnight Project

In Groupes favoris on 31/10/2010 at 17:32

Rock nocturne

Vous les voyez baillonés, incapables de parler. Le contraste est de taille quand on connaît leur son dévastateur.

La violence est certes assumée, mais elle n’est pas banalisée. On sent dans leurs chansons la nécessité. Ils ne jouent pas pour gagner de l’argent, ni pour être célèbres, ou simplement pour s’éclater. Ils jouent parce qu’il y a quelque chose qui doit être fait, quelque chose qui doit être expulsé.

Leur album est comme une grande claque qui nous explose à la figure : oui, il existe, ce pouvoir de la musique. Quand je l’écoute, je le sens qui résonne en moi. Toute cette violence qui gronde, ces frustrations, tapies au fond de nous, les voilà qui sortent au grand jour. Pas besoin d’aller taper sur le voisin. Juste mettre un CD, et écouter. Pleurer, si c’est nécessaire. Let’s Build Something to Break, c’est une sorte de défouloir. A la fin, on en sort tranquille, apaisé ; on a de nouveau espoir. Comme si on avait fait le vide en soi, et qu’on pouvait alors repartir, sur cette longue route qu’est la vie.

C’est aussi un album magnifique, où les chansons calmes, entourées de guitares puissantes et de cris, semblent comme dans un écrin. La voix du chanteur, Jason Evigan, est belle à vous donner le frisson, et ce n’est pas une exclusivité studio : j’ai eu l’occasion de les entendre jouer en acoustique lors d’un chat vidéo sur internet en août 2009, et je vous promets que ça vallait le détour!

Ce dernier a d’ailleurs récemment commencé à tenir un blog. J’ai été un peu déçue par les premiers posts, trop superficiels à mon goût, mais ensuite je suis tombée sur cet article, où il parle de son parcours, et de la difficulté pour un artiste en tournée de continuer à penser un concert comme un moment privilégié.  En lisant le dernier paragraphe, je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. C’est tellement honnête, tellement touchant. On voit qu’il ne fait pas de la musique comme certains, qui voguent sur le succès sans réellement s’approprier les choses. Lui a des doutes, et il les partage. C’est ce qui le rend attachant.

Originaires de Los Angeles et aujourd’hui signés chez Universal Motown, les After Midnight Project ont parcouru les Etats-Unis sur les 2 mois du Warped Tour. Espérons que leur chemin les amène un jour jusqu’à chez nous. Ils m’avaient dit 2010… J’attendrai.

Ce que j’aime : les riffs de guitare sur « Scream For You », la douceur de « Fighting My Way Back », la franchise des paroles de « Gone To Long », la très suggestive « Come On Come On »

Similarités avec : Papa Roach, 30 Seconds To Mars

Aperçu du groupe (courte interview et extraits de live)


Let’s build something to break

1. Backlit Medley
2. The Becoming
3. Scream For You
4. Take Me Home
5. More To Live For
6. Gone Too Long
7. Hollywood
8. The Real Thing
9. Come on Come on
10. Fighting My Way Back
11. The Criminal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :